Page 49 - Extrait

Basic HTML Version

INTRODUCTION
524
es ressources humaines et financières du candidat sont à la base de toutes
les opérations électorales menées. Dans ce cadre, l’organisation revêt une
importance essentielle, encore trop souvent sous-estimée par certains
candidats. Cette situation diminue l’efficience de leur campagne. À l’inverse, une
organisation et des méthodes de gestion abouties améliorent l’efficacité des ressources
mobilisées.
Pour mener sa campagne, le candidat cherche en premier lieu à trouver des ressources
humaines susceptibles de l’accompagner dans sa démarche. Ce cercle va peu à
peu s’agrandir. Rapidement, les tâches des uns et des autres se précisent. Le défi
organisationnel se profile.
Le candidat ne peut se contenter d’un organigramme sans contours définis ou, au
contraire, d’une structure trop rigide où l’initiative est découragée, lorsqu’elle n’est pas
interdite. Le candidat et son équipe élaborent un mode de fonctionnement propre. La
campagne électorale est structurée de sorte qu’elle donne à chacun de ses membres la
capacité de s’investir au mieux.
Le choix des locaux, à première vue sans enjeu, s’avère primordial pour que l’équipe
s’implique et travaille dans des conditions efficaces. De la même manière, l’animation
des équipes représente un facteur clé important. Les militants constituent un réel
apport, pourtant souvent sous-employé. Cette ressource humaine n’est par ailleurs pas
toujours mise en place de façon adéquate. La fraude électorale se révèle également trop
sous-estimée, sans réelle organisation pour la gérer. Ce même phénomène s’observe
à propos de la protection des données sensibles. Chacun de ces domaines peut être la
source de nombreuses difficultés et parfois conduire à la défaite lorsqu’il n’a pas été
sérieusement pris en compte. En d’autres termes, tous ces éléments s’avèrent décisifs
dans la réussite d’une campagne électorale.