Page 13 - Extrait

Basic HTML Version

Campagnes électorales
14
la compréhension, voire le contrôle des expertises, en prenant part aux décisions
importantes. En cas de réalisation interne, le livre propose une procédure de qualité
afin d’atteindre les buts définis.
Il arrive que certains candidats ne respectent pas les règles électorales garantissant
la démocratie. D’autres recourent à des procédés non éthiques, voire illégaux, pour
arriver à leurs fins. Ces pratiques altèrent la sincérité des scrutins et sapent les chances
de succès des autres candidats non prémunis. Afin de rétablir l’équité, l’ouvrage aborde
certains de ces différents usages. L’idée directrice consiste à pouvoir les identifier afin
de les contrer efficacement, sans porter atteinte à l’esprit démocratique.
Ce livre s’intéresse à « l’agir stratégique »
1
, c’est-à-dire à des pratiques tournées vers
la recherche de l’efficacité, au détriment des considérations uniquement idéalistes
ou partisanes. Ces procédés interviennent dans un contexte concurrentiel. L’ouvrage
confère des possibilités d’action pour rivaliser quelque soient les adversaires, en
mettant les connaissances clés à la disposition de tous.
Chaque campagne électorale dispose de règles propres. Le candidat est invité lors de
la phase d’analyse de la situation initiale à prendre connaissance de la législation en
vigueur concernant la compétition à laquelle il se présente.
La législation électorale
En France, le Code électoral, les circulaires ministérielles et les arrêtés préfecto-
raux définissent le cadre juridique général. La situation particulière des candidats
est à orienter vis-à-vis de la jurisprudence électorale. Les recommandations de la
CNCCFP et de la CNIL sont également à prendre en compte. Des dispositions par-
ticulières peuvent donc restreindre ou remplacer les points cités dans l’ouvrage.
Toute démarche qui y est décrite ne peut être réalisée que si le cadre juridique ini-
tialement étudié par le candidat le permet.
En France
1
Jürgen Habermas,
Morale et communication : conscience morale et activité communicationnelle
, Cerf, 1991.